Skip links
Main content

Biographie

SOUVENEZ-VOUS

Au début des années 1970, j’avais découvert, au creux d’une paroi de notre maison paysanne à Putten, un exemplaire usagé de l’une des premières éditions du Journal d’Anne Frank. Il devint aussitôt ma "petite bible". Un trésor précieux déposé d’En-Haut sur mes genoux par un Être bien supérieur à moi. Lorsque, des années plus tard, je fus choisie pour jouer le rôle d’Anne Frank, je me sentis comme prédestinée. J’entrai dans la peau de ce personnage avec une conscience intense que six millions de regards juifs, par-dessus mon épaule, m’enjoignaient: "Donne-nous une voix."

Les atrocités qui se sont déroulées à travers toute l’Europe entre 1938 et 1945 furent pires qu’un film d’épouvante avec tous les scénarios de "Nuit et Brouillard" qui peuvent surgir dans le cerveau humain.
Le drame de la Shoah et des camps de concentration, cette tentative d’éliminer un peuple entier, a quelque chose de tellement irréel qu’on a de la peine à le croire. Il s’est passé directement sous nos yeux, et cependant nous ne pouvons pas comprendre que des humains, des personnes semblables à nous, aient été capables d’une telle monstruosité. Cela devrait, au minimum, susciter dans nos cœurs un sentiment de malaise. Une impression confuse mais impossible à écarter; une écharde plantée dans notre conscience, qui secoue périodiquement notre système nerveux: "Ne m’oubliez pas!" ..."Faites quelque chose!" ..."Souvenez-vous!" ..."Tirez leçon de cette histoire!"

Si nous n’apprenons rien du passé, si nous ne nous distançons pas des atrocités dont nous-mêmes, les peuples européens, nous nous sommes montrés capables, le sang répandu de ces millions de personnes nous rattrapera un jour, et témoignera contre nous. Peut-être pas au cours de cette vie que nous vivons, mais assurément dans celle qui nous attend.

Qui donc a le courage de faire un détour et de sortir des chemins battus? Qui ose donc écouter les récits des survivants? Qui donc prend le temps de s’identifier aux victimes, aux horreurs et aux privations qu’elles furent contraintes de subir?
Qui donc écoute les héros, les combattants de la résistance? Qu’est-ce qui a poussé ces hommes et ces femmes à risquer leurs vies pour autrui? D’où leur sont venus leurs valeurs et leurs principes, si diamétralement opposés à ceux des escadrons de la mort? Et quelle était la provenance des plans démoniaques de ceux qui ont perpétré ces crimes? De qui ou de quoi tenaient-ils leur inspiration?

Prenons le temps de lire à ce sujet... d’approfondir... non pour avoir des réponses, mais pour nous poser des questions.

Des questions qui font mal, qui laissent des blessures douloureuses au fond de nos cœurs. Tous ensemble, cherchons, parlons, prenons un moment de silence et tentons de transposer dans le moment présent ce passé si brûlant. De le traduire dans nos vies quotidiennes, de l’emporter sur notre chemin, pour le transformer quand ce sera possible en quelque chose qui fera la différence. Pouvons-nous insuffler un peu d’oxygène dans ces endroits de suffocation et de désespoir, où l’on respire la puanteur des morts de cette guerre, en tirant la leçon des événements? De quel côté nous tiendrons-nous, si nous nous trouvons pris au milieu de conflits aussi atroces? Parmi les justes, qui risquent leur propre vie pour secourir celle des les autres? Parmi ceux qui se montrent dignes, pleins d’amour et de désintéressement, et font briller leur lumière dans cette nuit ténébreuse et terrifiante?

Retournez-vous! Regardez, écoutez, étudiez! Et SOUVENEZ-VOUS!
Jip Wijngaarden

BIOGRAPHIE

1964 
Née le 5 juillet à Amsterdam, et nommée Janneke Wijngaarden.

1980
Commence un programme d’études accéléré à l’Académie Nimeto d’Utrecht, pour se préparer à une école d’art. Janneke prend le surnom de Jip.

1982
Jip se mesure à 3000 autres candidates pour le rôle de Anne Frank dans la production théâtrale Le Journal d’Anne Frank, mise en scène par Jeroen Krabbé.

1983
Jip quitte l’Académie Nimeto et déménage à Amsterdam. Elle joue le rôle d’Anne Frank au théâtre pendant deux saisons, et joue le rôle principal dans le film du même nom. 

1983-1990
Jip joue divers rôles au cinéma et au théâtre. Elle produit également des contributions hebdomadaires pour une radio, est cofondatrice d’une compagnie théâtrale où elle travaille aussi bien comme actrice que comme décoratrice et dessinatrice de costumes.

1987
Dessin d’après modèles vivants au Musée Van Gogh.

1988
Costumière indépendante et assistante décoratrice dans Philoctetes, pièce jouée par un ensemble théatral.

1989
Rôle de Sien Hoornik dans la production américaine de Robert Altman sur la vie de Vincent van Gogh. Le film est tourné en partie en France. Jip y rencontre le preneur de son français Philippe Combes.

1990
Jip épouse Philippe Combes et déménage à Paris. Tous deux viennent à la foi dans le Messie Yéchoua.

1991
Jip est baptisée à l’église du Point du Jour, à Paris.

1993
Déménagement à Thonon-les-Bains, près du Lac Léman. Jip donne des leçons de théâtre et adapte une lettre écrite d’Etty Hillesum pour un monologue qu’elle joue à Strasbourg, en France.

1994
Première rencontre avec Arthur Katz. Collaboratrice et directrice d’un documentaire sur la Shoah intitulé Je ne peux plus voir ça, filmé en partie en Israël. Le couple déménage à Sergy au Pays de Gex.

1995
Rôle secondaire dans le film La colline aux mille enfants.

1997
Étude de l’hébreu à l’école juive de Genève. Rôle principal dans le film télévisé Blindganger, mis en scène par Mark Timmer.

1999
Mort de son père Jan Wijngaarden. Début du montage de leur chalet à Sergy. Construction de l’atelier par Philippe.

2000
Premiers tableaux de Jip sur des thèmes liés à Israël et à la Bible.

2002
Dessin d’après modèles vivants à Genève

2003
Première exposition importante dans l’ancienne synagogue de Kampen, intitulée ‘Boulevard des Déportés’, suivie par une exposition au Centre Etty Hillesum de Deventer.

2004
Exposition à la grande synagogue de Groningen. Dans le cadre des commémorations des 4 et 5 mai,
exposition à l’Hôtel de ville d’Ermelo, où Jip présente ses tableaux dans le théâtre de la ville.
Exposition dans une petite synagogue juive orthodoxe.

2005
Exposition dans la grande synagogue d’Enschede, intitulée Le temps s’est arrêté.

2006
Jip suit un cours de gravure à Rolle, en Suisse. Elle travaille en vue d’une nouvelle exposition en l’honneur de l’ouverture du musée juif d’Elburg.

2007
Jip peint énormément et donne des exposés sur son œuvre en France, en Suisse et en Autriche.

2008 
Ouverture de l’exposition Ton peuple sera mon peuple au musée d’Elburg, et publication du livre qui porte le même titre.

2009
Nouvelle exposition dans la grande synagogue de Groningen. Collaboration au spectacle télévisé Sur trois ânes en Israël. Construction d’un nouvel atelier à Sergy.

2010 
Présentation d’un gala à l’occasion du 50ème anniversaire de la Maison d’Anne Frank, à l’Amsterdam’s Westerkerk, avec la reine Béatrice comme hôte d’honneur. De retour à la maison
accident de voiture avec de lourdes conséquences.

2011 
Admission en urgence à l’hôpital. Opération de la colonne vertébrale réussie. 

2012 
Jip reprend le travail et commence à peindre de nouvelles œuvres dans son atelier.
Exposition ‘Je ne t’oublierai jamais’ dans la nouvelle aile du musée juif d’Elburg. Ouverture faite
présidé par la princesse Maxima. Exposition de la série Boulevard des Déportés dans le centre des
‘Chrétiens pour Israël’ à Nijkerk.

2013
Nouvelle opération, cette fois-ci à la nuque. Exposition intitulée Viens à la maison pour Shabbat à la grande synagogue de Groningen.

2014
Jip peint une nouvelle série de toiles et travaille à son livre Ancient Path version Néerlandais-Anglais.

2015
Exposition dans l’Ancienne Église de Delft et en fin d'année au musée juif d’Elburg

2016    
Exposition au Musée Gutemberg de Fribourg (CH) et sortie du livre L'Arbre de Vie (version Français-Allemand et Hollandais-Anglais)